Les Arcanes de la Maison Fleury 3 : Nous montons d’un cran…

Publié le 19/01/2023

Nous montons d’un cran dans la terreur et la violence, avec une série d’attentats à la bombe qui plonge à nouveau la population londonienne dans l’émoi. De quoi donner encore du fil à retordre au commissaire Barnes et à l’inspecteur Reid, alors que dans la Maison Fleury, les cocottes les plus légères et fofolles s’amusent des fantasmes parfois ridicules de leurs bons clients. Et l’on retrouve la discrète brune Pearl, toujours aux bons soins du bordel, et censément toujours vierge…

Intitulé Utopie, ce tome final des Arcanes de la maison Fleury (après Le Rossignol et Les Coulisses) achève de nous montrer à quel point Gabriele di Caro a voulu tordre le cou aux attentes habituelles des lecteurs face à ce type de récit. Le personnage central — mais non principal — de jeune vierge mise au secret dans une maison de passe laissait la porte grande ouverte à toutes sortes de turpitudes inititatiques. Mais la saga en trois volumes aura résolument rompu avec ce canevas traditionnel des histoires érotiques pour viser des ambitions plus élevées. En plus de dépeindre avec classe l’ambiance, les intérieurs et les architectures de l’époque victorienne, l’album nous promène dans les méandres d’une intrigue de thriller, cela dit parfois obscure (la narration sautant souvent d’un point de vue à l’autre peut s’avérer déroutante) mais sous-tendue par des questionnements pertinents (peut-on comprendre qu’un sentiment de révolte légitime — en l’occurrence des revendications féministes — puisse mener à des actions criminelles ?). D’une hardiesse sans borne, l’auteur convoque même Sa Majesté en personne, la Reine Victoria, pas dans les passages porno évidemment, mais pour apporter une dimension supplémentaire et politique à un scénario qui déjà ne manquait pas de profondeur. Les couleurs sont superbes, avec plusieurs jeux de lumière fort séduisants (à commencer par celui de la couverture), et les visages comme les anatomies toujours croqués avec finesse — avis aux amateurs de gorges opulentes et de fesses rebondies ! La Maison Fleury, c’est terminé, mais on gardera les yeux grands ouverts sur tout ce que le talent de Gabriele di Caro saura à l’avenir nous proposer.

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.