Guide de survie sexuelle des parents : Les conseils de Flore Cherry

Publié le 22/03/2021

Petit guide de survie sexuelle des jeunes parents

Pas facile au début et même bien après l’arrivée d’un enfant de trouver un juste équilibre entre son statut de parent et celui d’amant(e). Les conseils de Flore Cherry*.

Petit guide de survie sexuelle des jeunes parents
iStock

Dédramatiser

À l’arrivée de bébé, c’est normal d’être un peu déboussolé et pas forcément porté sur le sexe. Tout le monde est épuisé et n’a pas toujours le cœur à la bagatelle. « Il faut absolument dédramatiser et se dire que faire passer la sexualité au second plan est légitime, explique Flore Cherry, journaliste, chroniqueuse et auteure spécialisée en sexualité humaine. Et ce n’est pas grave. Un enfant, ça change forcément la donne. C’est donc important dans les premiers mois de prendre un peu de recul, de relativiser et d’aborder les événements avec plus de sérénité pour que le couple s’adapte doucement mais sûrement. »

Prendre son temps

Avec force tendresse et câlins à deux, sans pour autant cocher la case pénétration. Histoire, côté féminin, de se réapproprier ce corps malmené. « Le temps simplement de se reconstruire psychologiquement et physiquement, mais aussi de reprendre confiance en soi sensuellement et dans sa relation de couple. Et pour toutes celles qui en ont envie, pourquoi ne pas essayer en solo, afin de vérifier que tout fonctionne comme avant », précise-t-elle.

« Les hommes ont parfois un peu de mal à se rendre compte du bouleversement hormonal que représente la maternité, admet Flore Cherry. Ils sont naturellement plus pressés de retrouver leur amante mais pleins de bonnes intentions. Il suffit alors de le leur expliquer et de réinventer une sexualité à deux, faite de caresses et de baisers, pour que les rapports tactiles montent en intensité. » Des approches crescendo qui vont permettent aussi à ces jeunes papas quelque peu chamboulés d’appréhender la sexualité autrement, de regarder leur compagne d’un œil nouveau et de garder ce lien charnel tout aussi enrichissant.

Adopter la cool attitude

Exit lingerie fine, tenues affriolantes et talons, relégués pour le moment au fond des placards. Qu’importe si l’épilation n’est pas au top. Place à des relations plus vraies où les imperfections importent si peu. « En étant moins exigeants sur les apparences, moins dans une séduction de façade, plus sur la complicité et le naturel, on réalise qu’un enfant peut soudainement ressouder sur l’essentiel », insiste Flore Cherry. A savoir : le bonheur et l’envie d’être ensemble et de se le prouver en faisant l’amour sans artifices.

L’allaitement, ça passe ou ça casse

Cela peut être une période transitoire synonyme d’une libido en berne pour certains ou de rapports torrides pour d’autres. « Allaiter peut, en effet, être un frein. Parce que la prolactine, qui stimule la glande mammaire pour les montées de lait, inhibe, est l’ennemie du désir sexuel. Egalement parce que les seins sont douloureux, gonflés, tendus et surtout associés, ici, à leur rôle nourricier destiné à l’enfant. Comme un territoire qui lui est exclusivement dévolu, corrélé à une proximité physique totale dont le père se sent parfois exclu », prévient Flore Cherry. A contrario, cela peut aussi être un activateur de libido, un formidable terrain de jeux pour d’autres qui y découvrent leur propre côté animal et le partagent avec un compagnon très réceptif. A chacun son mode d’emploi.

Tenter le « quick sex »

Dans un emploi du temps surchargé, entre deux tétées et changes, pourquoi ne pas oser et s’en amuser. « Avec les contraintes de temps et de lieu, c’est souvent très créatif et rigolo sur le plan érotique, explique Flore Cherry. Il faut trouver le bon moment, le bon endroit, la bonne position plus ou moins acrobatique et confortable, sans prendre le risque de se faire surprendre. » Des instants coquins qui aboutissent ou non à l’orgasme, mais qui vont servir de mise en bouche et permettre d’alimenter la flamme en attendant le soir quand le petit sera enfin endormi.

Préserver son espace intime

Il est recommandé, dans la mesure du possible, de respecter très tôt un espace intime pour chacun. A savoir : quand l’enfant aura grandi, lui faire comprendre que la chambre à coucher des parents n’est pas une cour de récréation portes ouvertes et que le lit n’est pas un trampoline accessible en permanence.

Aménager des moments à deux

Quand on se sent prêt, c’est important de se retrouver en couple pour s’accorder une vraie coupure avec sa vie de parents. Une heure ou deux, en dehors de la maison, loin de ce petit être magnifique, mais chronophage, suffisent pour recréer une bulle à deux, celle des amants d’avant.

Changer d’horizon

S’aérer l’esprit en famille, s’ouvrir à d’autres personnes et d’autres lieux, renouer un peu avec sa vie d’antan. Bref, penser à autre chose qu’à ce quotidien focalisé un peu beaucoup sur cet enfant. « Comme une bouffée d’oxygène qui permet ensemble de recharger les batteries et de relancer naturellement l’énergie sexuelle », promet Flore Cherry. Et, pour ce faire, pas besoin de viser des contrées lointaines et exotiques. Un week-end chez les grands-parents, une balade en forêt, en bord de mer ou dans un espace vert, et le tour est joué.

* Auteure de Guide de survie sexuelle des parents, illustrations de Guenièvre Suryous, Tabou.

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.