La Salope éthique : Quand l'amour est une libre respiration de chaque instant : le polyamour

Publié le 18/03/2019

La liberté fait peur et elle devient un cauchemar dans une société patriarcale lorsqu'elle se conjugue au féminin. Derrière le terme « salope », les auteures de cet ouvrage revendiquent la liberté retrouvée d'être soi, en toute bienveillance et respect d'autrui.

Édité pour la première fois dans son édition originale en 1997 aux États-Unis, le livre coécrit par Dossie Easton et Janet Hardy est devenu un ouvrage de référence sur le polyamour. Il a tardé à venir en France comme la popularisation du terme de polyamour encore méconnu ou totalement incompris. Une première édition française du livre est sortie en 1993 et a connu depuis plusieurs éditions et réactualisations. Un ouvrage aussi vivant que les amours plurielles dans l'histoire d'un-e polyamoureux-se. Si cet ouvrage est devenu une référence en la matière, c'est qu'il y a malheureusement encore trop peu de littérature française en dehors des livres de Françoise Simpère à avoir traité le sujet avec profondeur et perspicacité. Dossie Easton et Janet Hardy se concentrent sur leurs expériences personnelles et celles de leurs rencontres, en partageant parfois des témoignages écrits, pour voyager dans la mise en pratique des relations libres et sereines. Au fil des chapitres, elles proposent au sein de quelques encarts des exercices de mises en pratique pour affronter des difficultés comme la jalousie, l'entretien de l'estime de soi, la séparation, etc. L'idée est ici de naviguer en long et en long large à travers les questions d'émancipation et d'épanouissement au féminin. Et pourtant, là aussi, le livre s'adresse autant aux hommes qu'aux femmes. La notion de « salope » reprend comme un défi une insulte qu'une société conservatrice et patriarcale n'a aucun complexe à jeter telle une opprobre sur toute femme qui ose être libre. Car le principe du polyamour est de questionner la monogamie, les relations exclusives et leur normativité dans la société. C'est aussi le principe juridique de l'habeas corpus mis au goût du jour des relations sentimentales selon le principe que notre corps et son intégrité n'appartient à personne d'autre qu'à soi, de même que le droit d'en jouir et de communiquer avec l'autre toute l'ampleur des moyens qu'il offre. L'habeas corpus rappelle aussi que l'on ne peut être jugé arbitrairement et ainsi le polyamour est une invitation à la tolérance de chacun à éprouver son expérience et le respect de ses émotions. Pour cela, il faut pouvoir sortir de l'intransigeance des morales préfabriquées qui sont autant d'outil d'inquisition à l'époque moderne. Il en résulte une ode pratique à l'amour pour sortir de toutes les frustrations liées à l'obsession de posséder autrui. Un véritable cheminement pour l'amour de soi et des autres.

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.