Webwitch : La femme arachnéïde la plus sexy de la planète comix.

Publié le 11/02/2019

Les Editions Tabou commencent bien l’année avec cette publication pour public averti de « Webwitch », la femme arachnéïde la plus et sexy de la planète comix. Au programme, sexe, sang, et envahisseurs extraterrestres dans 2 récits d’Erotic Fantasy, signés Matt Martin, pour le premier, et Tim Vigil (le créateur) pour le second.

Transformée en Webwitch par la reine de la nation Arachneïde, Nina a pour mission d’avoir autant de partenaires sexuels que possible afin d’en trouver un qui soit génétiquement compatible pour donner naissance à un Roi. Capturée par le gouvernement qui parvient à contrôler son ADN, elle aidera les humains dans leur lutte contre l’envahisseur…

Matt Martin’s Webwitch

JPEG - 75.5 ko

Dans la première histoire de cette belle édition Tabou (les 5 premiers numéros de “Webwitch” parus aux USA de 2015 à 2016), Nina, libérée par le Dr. Rogers de l’emprise de la reine Arachnéïde, a retrouvé forme humaine. Si par le passé son unique but était d’attirer les hommes dans son lit pour récolter leur semence, elle fait désormais équipe avec Dale Armstrong en tant qu’agent de terrain de la Fédéral Ressource Managment. Ses souvenirs de la Ruche et ses capacités à se métamorphoser en Webwitch semblent avoir disparus, mais sa sexualité débridée est en revanche toujours d’actualité. Pour le plus grand plaisir de Dale, son partenaire, avec lequel elle passe la plus grande partie de son temps.
Enfin, jusqu’au jour où leurs patrons les surprennent en train de copuler copieusement entre deux missions. Accusé de trahison pour coucherie avec l’ennemi, Dale Armstrong est viré du FRM. Quant à Nina, elle est traquée, puis abattue et son corps ramené à la morgue.
C’est le moment que choisit une autre reine Arachnéïde pour lancer une vaste offensive contre la Terre.

Le journal d’une métamorphose

JPEG - 48.2 ko

Il n’y a pas à dire. Entre les scènes d’action, de sexe et de destruction massive, et quelques double pages splendides, Matt Martin s’en donne à coeur joie. Nina, bien entendu, n’est pas tout à fait morte. Mais son adn Arachnéïde a repris temporairement le dessus sur son homologue humain.
Temporairement, car le scénario de Matt Martin a d’autres intentions pour son héroïne hybride. Comme l’émancipation. Car finalement, l’histoire, racontée voix-off par Nina, n’est autre que le journal d’une métamorphose. De la femme arachnéïde en autre chose. Ce qui vaudra au lecteur une nouvelle séquence d’action, pour ne pas dire de massacre, d’anthologie, quand, après s’être attaquée aux humains, Nina décime la nation Arachneïde à grands jets de fluides corporelles transformés en acide.

Tim Vigil’s Webwitch

En complément de la mini-série de Matt Martin, cette publication comprend également l’épisode de Tim “Faust” Vigil auquel elle fait suite et références.
Le trait est plus nerveux et le scénario plus horrifique qu’érotique.
On y suit la capture de Nina, à l’époque Webwitch à temps complet, sa rééducation par le Dr. Rodgers et l’assaut qu’elle mène avec l’armée contre la Ruche Arachnéïde.

Une galerie de couvertures et d’illustrations

Cerise sur le gâteau (quand je vous disais que c’était une belle édition), ce Matt Martin’s Webwitch propose en bonus une large galerie de couvertures et d’illustrations réalisées par Matt Martin, Al Rio, Christian Zanier, Juan Jose Ryp ou encore Karl Weller.

Si vous ne connaissiez pas encore la “Webwitch”, cet ouvrage pour public averti est assurément une excellente façon de corriger les choses.

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.