Aimer plusieurs hommes : Oui, il est possible d'aimer plusieurs hommes à la fois !

Publié le 17/08/2018

Mère de famille épanouie, Françoise Simpère conjugue ses amours au pluriel. Un choix qui bouscule les idées reçues sur la monogamie

La ranger au rayon des pros de l'adultère serait une grossière erreur. Femme libre, polyamoureuse assumée, à une époque où l'expression restait à inventer, Françoise Simpère a conjugué ses amours au pluriel, mais "n'a jamais trompé personne". "J'ai rencontré celui qui est toujours mon mari à l'âge de 17 ans, confie-t-elle. Depuis mes 22 ans, j'ai tissé des liens profonds avec d'autres hommes que j'aime, qu'ils soient mes amants, mes amoureux ou mes amants/amis. Certains d'entre eux sont dans ma vie depuis trente ou quarante ans. Je suis très fidèle, simplement, je ne suis pas exclusive", détaille-t-elle dans son livre Aimer plusieurs hommes. Pour une vie polyamoureuse épanouie (éditions Tabou).

Mener en parallèle plusieurs relations amoureuses, que la couleur en soit affective ou sexuelle, en toute connaissance de cause pour les personnes concernées, c'est le mode de vie choisi, et sans cesse réinventé, par cette journaliste et auteure. Un parcours anticonformiste qu'elle retrace dans Aimer plusieurs hommes, essai à succès réédité dans une version augmentée. Balayant les idées reçues sur la monogamie, Françoise Simpère y dépeint les charmes et les défis de ce qu'on appelle dorénavant le polyamour.

"Affirmer qu'il est délicieux d'avoir des relations hors mariage reste mal perçu"

Une perspective toujours sulfureuse aux yeux du plus grand nombre : "Dans notre société, les pratiques sexuelles extrêmes, qu'il s'agisse de sadomasochisme ou d'échangisme, s'affichent sans problème. En revanche, affirmer qu'il est délicieux et raisonnable d'avoir des relations hors mariage reste mal perçu. Ce qui gêne en réalité, ce n'est pas que vous ayez des amants. C'est de le faire sereinement en ayant un mari et des enfants épanouis, et sans culpabilité."

Si elle a trouvé dans "la fidélité au pluriel" le remède à la routine et l'ennui, ennemis de l'amour, Françoise Simpère ne prétend pas que son choix est un long fleuve tranquille : "Avec mon mari, les choses ont été compliquées. Le fait que je puisse aller voir ailleurs, tout comme lui, n'allait pas de soi. Et j'ai souvent eu le sentiment qu'il me testait. Mais nous avons tenu bon et j'ai toujours autant de bonheur à partager avec lui les plaisirs de l'existence. Pour moi, il était primordial que le couple parental que nous formons soit un socle. Nos deux filles ont toujours connu notre fonctionnement, mais notre vie intime ne les regarde pas. Nous sommes toujours là pour elles, c'est le principal. Quant à la relation particulière de leurs parents, c'est notre fille cadette qui l'a décrite le mieux quand elle avait 4 ans : 'Maman, elle a papa et ses amoureux. Papa, il a maman et ses amoureuses.' Je ne prétends pas que le polyamour est la recette miracle pour faire durer un couple. Mais il a l'immense avantage de nous faire comprendre que ce que la société nous enseigne à ce sujet, le mythe du prince charmant, l'amour éternel, la jalousie qui va de soi, relève de l'idéologie plus que de la réalité..."

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.