Orgies Barbares 5 : Une orgie de plaisirs et d'idées bien amenées et dessinées.

Publié le 08/02/2018

Voleuse, inquisitrice, chef de guerre : les femmes font tourner la tête et dresser les armes intimes dans des histoires très, très chaudes. Une orgie de plaisirs et d'idées bien amenées et dessinées.

L'histoire :
Le peuple du Fjord est en grande difficulté : les barbares sont bien plus résistants que prévu et ils essuient de sévères défaites. Harald et Gunnar font le point et la situation n'est guère brillante. Un bataillon a encore échoué et rien ne semble arrêter leur ennemi. Harald pense que le problème vient de leur chef. Les rumeurs circulent sur lui et racontent qu'il a le secret pour galvaniser ses troupes et rendre les hommes immortels et déchaînés pendant les combats. Gunnar suspecte qu'il y a de la magie dans tout ça et propose d'abandonner la bataille. Pourtant, ils ne peuvent aller en arrière : le roi ne le supporterait pas. Harald propose une solution audacieuse : il faut un homme pour infiltrer le camp ennemi et se renseigner sur les fameux pouvoirs de ce chef. Gunnar devra donc opérer cette délicate mission. Pour tromper l'ennemi, Harald lui donne sa bannière la plus précieuse. Il pourra ainsi faire croire qu'il a attaqué les soldats Fjord et récupérer ce précieux lot. Il pourra donc se faire accepter de l'ennemi et avoir des renseignements importants sur leur chef...

Ce qu'on en pense sur la planète BD :
Si le Trône de Fer était une série pornographique, elle s'appellerait sans doute Orgies barbares. Le cinquième tome de cette série reprend les mêmes ficelles X que les précédents. Au fil d'histoires courtes (mais avec des sexes longs), Eric Hartmann mêle joyeusement moyen-âge, farce et sexe... un peu comme dans une orgie, finalement. Chaque saynète est habile et bien scénarisée, avec des rebondissements malins, dignes des fabliaux. Il faut dire que le rôle des personnages est bien marqué : on a toujours le benêt qui se fait piéger, le traître qui trompe son monde, le rusé qui arrive toujours à ses fins... Cependant, qu'on ne s'y trompe pas, la malice du scénario a un but précis : du cul, du cul et du cul ! On est très loin de la moralité ambiante et ici, on s'en balance du #balancetonporc ! Bien au contraire, les filles toujours plus faciles sont insatiables et forniquent sans arrêt avec bon nombre d'hommes, ou se font même démonter par des démons bien montés. Les scènes de sexe sont spectaculaires et très crues. Pourtant, elles sont aussi très belles, grâce au dessin élégant et aux couleurs très chaudes. Hartmann fait du moyen-âge une vaste scène de sexe et de plaisirs. Si en lisant cette BD vous ne risquez pas de prendre un coup de gourdin, vous risquez néanmoins de l'avoir (le gourdin !).

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.