Le plastique c'est fantastique : Un bel hommage…

Publié le 29/12/2017

Les chansons du groupe Elmer Food Beat sont pétillantes, drôles et érotiques. Il fallait une adaptation joliment illustrée pour rendre hommage à ce gentil groupe nantais.

L'histoire :

Les sirènes, tout le monde le sait, c'est très dangereux. Les capitaines sont habitués à lutter contre ces monstres de tentation. Mais les marins ? Et les mousses ? D'autant que les sirènes sont très malines : l'une d'elles a réussi à renforcer ses charmes en se rajoutant des cheveux rouges du plus bel effet. Les autres sont sceptiques, mais elle est persuadée que cela lui donnera une chance supplémentaire. De toute façon, il suffit de tester : un bateau est en approche. Les Sirènes chantent à l'unisson de leur plus belle voix. Le capitaine a eu beau prévenir le jeune moussaillon, rien n'y fait : subjugué par le chant et envoûté par leur beauté, il plonge à la mer. Les sirènes se disputent le droit de le partager car une seule proie, c'est un peu maigre ! « Si tu touches aux écailles d'une fille de Neptune, tu reviendras avec un trident planté dans la lune » !

Ce qu'on en pense sur la planète BD :

Elmer Food Beat, pour les plus jeunes, est un groupe de musique rock nantais qui a connu le succès dans les années 1990 (jusqu'à être nommé meilleur groupe de l'année). Leurs chansons punchy et grivoises ont marqué une époque avec des titres célèbres : Le plastique c'est fantastique ou encore Daniela. Tabou se lance donc dans l'adaptation de chansons en BD, un exercice qui a déjà été pratiqué avec des chansons de Brassens, Renaud, Gainsbourg... Le ton est parfaitement dans la ligne éditoriale, avec des textes osés et coquins, mais le résultat parait souvent artificiel. En effet, les petites histoires qui reprennent une à une quelques chansons du groupe manquent de la fraîcheur et de l'humour des chansons de départ. Mis à part l'hommage et les clins d'œil (l'allusion à Elmer Food Beat se retrouve un peu partout sur les vêtements des personnages), l'intérêt de cette adaptation reste limitée. Sauf peut-être pour le dessin de KatiaÉven et la colorisation d'Hélène Lenoble. Dans un style très dessin animé, le style graphique est particulièrement beau, dynamique et gentiment coquin... comme le groupe, en somme. Ce style correspond parfaitement au nom « Elmer Food Beat » qui rend hommage à un des personnages de Tex Avery. Dans cet album, on se croirait dans le film Qui veut la peau de Roger Rabbit avec un dessin déjanté et fun et des rouquines incendiaires et affriolantes. Un bel hommage, à défaut d'être une œuvre fantastique.

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.