Inguinis (1) - L'esclave du Panthéon : Un album qui ne laisse pas de marbre !

Publié le 08/11/2017

Résumé
La guerre fait rage entre les sculpteurs pour attirer les bonnes grâces du Général Agrippa qui décide de ceux qui seront associés à la construction du Panthéon de Rome. D’origine grecque, Artémis Nicomédia récupère la commande de son père, retrouvé mort dans une ruelle. Ce n’est pas du goût de tous et notamment du dominus Claudius. Ce dernier ne va pas hésiter à faire preuve de veulerie envers la belle artiste qui croque la vie à pleines dents avec son modèle Sextus, un ancien esclave, ou dans les orgies organisées au travers la ville.

Notre avis
Dès la scène d’exposition, une partie fine entre deux hommes et deux femmes, le ton est donné et on est immédiatement conquis par l’association de Katia Even (scénario) et Nicolas Guenet (dessin).
Le pli inguinal (la série qui contera deux tomes tire son nom de la région de l’aine) n’est pas le seul mis en valeur dans ce récit où les corps se mêlent avec sensualité et passion lorsqu’ils ne sont pas taillés avec minutie et détails sous forme de statue.
Le style de Nicolas Guenet (Orks, Yiu), fan de bodybuilding, qui n’a jamais caché sa fascination pour l’anatomie, explore franchement le genre. Il fait preuve d’une grande maîtrise aussi bien graphique qu’en ce qui concerne la coloration qui illustre parfaitement l’ambiance orgiaque et les scènes crues de sexe. Incontestablement, le point fort de cette BD qui fait oublier un scénario plus faible même si l’intrigue de Katia Even (La déesse déjà aux éditions Tabou) mêlant complots et manipulations a son charme.
On attend la suite avec une réelle impatience.

En deux mots
Un album qui ne laisse pas de marbre !

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

Produits en rapport avec cet article

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.