La Blonde, Bondage Palace : le mélange de l’érotisme avec les comics d’antan sublime cet ouvrage.

Publié le 13/09/2017

Résumé : A Babylonia, univers futuriste, la papesse Crimilde convoque la mystérieuse héroïne masquée, "La Blonde", pour lui confier une mission. Retrouver la formule du philtre pour la jeunesse éternelle, dissimulée dans le "Bondage Palace".  La Blonde va donc mener l'enquête à sa manière et se verra confrontée à son employeur occasionnel (Papesse Crimilde, et accessoirement son pire ennemi) et ses 2 femmes de mains (Gary et Sue).

Mon avis : 

L'art du "Shibari" illustré avec maestria par l'auteur...
Cordes et ligotages parsèment les cases de cette BD, en restant toujours très softs mais néanmoins suggestifs. 
L'originalité de ce livre vient du mélange parfait entre vieux comics rétro et ouvrage érotique.

Le dessin, les couleurs :
Le trait est souple, rapide et tout en rondeur. L'auteur maîtrise parfaitement les formes et les corps élancés des femmes. Et l'exercice est encore plus difficile lorsqu'il s'agit de dessiner des corps empaquetés et sérrés par des liens. Les positions sont osées, variées et affriolantes mais jamais aucune illustration n'est vulgaire. le dessin reste toujours élégant, rarement obscène ni surchargé. 

Le trait et le style me rappel aussi tous ces "fumetti", vendus dans les célèbres kiosques à journaux italiens, du genre "Dylan Dog" ou "Martin mystère"... (après cette remarque, vous en achèterez certainement lors de votre prochain voyage en Italie...)

Les couleurs, quant à elles, sont rétro, ressemblant ainsi à la quadrichromie originelle des premiers comics en couleur. Cela donne un très bel effet et un raffinement supplémentaire. A noter que cet album a été mis en couleur par l'artiste spécialement pour cette édition.

Le scénario, le découpage :
L'idée principale du scénario est "simple" : l’élixir de jouvence. Cependant, celui-ci prend des tournures compliquées, amenant ainsi à mettre en scène de nombreux personnages et intrigues truculentes. Encore une fois l'art des vieux comics ressort dans le "comment faire compliqué à partir d'une idée simple", en tirant de nombreuses ficelles apportant leurs lots de micmacs et de rebondissements. 
Le découpage est, quand à lui, et selon mon avis, l'aspect le moins bien réussi de cette BD. En effet, les cases sont parfois découpées de manières surprenantes, et la succession de nombreuses situations et lieux différents nous font parfois perdre le fil de l'histoire. J'en suis même arrivé à ne plus comprendre pourquoi la papesse Crimilde a engagé l’héroïne pour finalement lui faire une traîtrise...
Bref, cette bande dessinée est plutôt soft. L'auteur ne sombre pas dans "la décadence" de la femme, et réussi même à la mettre particulièrement en valeur par son style fin et délicat.  
Et le mélange de l’érotisme avec les comics d’antan sublime cet ouvrage.
Et si vous avez aimé cette BD, je ne saurai que trop vous recommander le Tome 1 de cette série (initialement publié chez Dargaud, puis repris chez TabouBD).

LIRE LA CHRONIQUE EN LIGNE !

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Ajouter un commentaire

Attention !

18 ans

Ce site contient des images réservées aux adultes.
Vous devez avoir au moins 18 ans pour entrer sur le site.